fusains

Le Fusain
 
Un bâtonnet de charbon de bois, une tige carbonisée, de la longueur d’une plume, de l’arbuste du même nom.
Ce peut être, selon le pays, du saule, du tilleul, du prunier, du buis ou encore du bouleau. C’est d’ailleurs cette dernière espèce qu’ Isak Dinesen  considérait comme la meilleure et qu’elle fit envoyer du Danemark en Afrique.
 
J’aime le fusain pour sa simplicité, sa légèreté, son universalité.
C’est sans doute le plus ancien procédé.
Avec le fusain, je suis en lien direct avec les débuts de l’histoire de l’homme.
Reprises, effacements, allègements, superpositions, tout est possible.
Il permet une manière large plutôt qu’un travail minutieux. 
Trop longtemps utilisé pour la seule mise en place, le fusain n’a vraiment trouvé ses lettres de noblesse qu’au 19e siècle  avec Courbet, Corot et Degas.
Cliquer sur les vignettes ci-dessous pour
agrandir les oeuvres.