peintre

«Laisse ton œil être une bougie, dans la chambre, 
ton regard, une mèche,
laisse-moi être suffisamment aveugle pour l’allumer»
                                              Paul Celan
 
Elisabeth Larivière est une artiste autrichienne, vivant en France.
 
Je peins, dessine, grave, coupe et colle.
 
Je suis née, Sissi Rümmele, en 1955, dans une famille éloignée des préoccupations artistiques. Longtemps étrangère sans le savoir à ce qui m’entourait, c’est un goût immodéré pour la langue française qui va m’ouvrir un chemin vers ce pays, la France. 
Et c’est au même moment, à l’âge de quatorze ans, que la découverte de l’art inaugurera pour moi, un mode d’être, celui de la quête. 
 
Admise à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 1976, je n’ y trouverai jamais ma place.
Je m’abriterai, dans un premier temps, derrière des études universitaires.
 
Mon itinéraire devient vite personnel.
Je fréquente des ateliers, je rencontre des professeurs, je retournerai plus tard à l’école des Beaux Arts, et à l’école du Louvre.
Je poursuis un parcours solitaire et discret, je me vis comme une autodidacte, sans être portée par ce lien de confiance que peut être celui qui attache à un maître.
En revanche, il sera toujours  important de partager avec d’autres.  
 
Je commence à exposer en 1983… Tablant sur la très longue durée, le texte de notes qui accompagnait cette exposition, se terminait par une citation du peintre japonais, Hokusai, dont les mots ont résonné en moi et résonnent toujours avec autant d'écho. 
Hokusai y recense les différents moments de son chemin de peintre aux différents âges de sa vie, son évolution, jusqu'à quatre-vingts ans. L'âge de quatre-vingt-dix ans correspondrait à une maîtrise probable des secrets de l'art. S'il parvenait à cent ans, son art serait peut-être complet, mais le but ultime ne pourrait être atteint qu'à cent dix ans, quand chaque ligne et chaque trait seraient emplis de vie. 
 
A partir de 1991, je développe une activité pédagogique et de recherche avec des enfants. J’enseigne aussi le dessin aux adultes.
L’importance du processus créatif et les conditions de sa manifestation, restent ma préoccupation centrale.